kit outils projet

Mode affichage :

21

La loi de Laborit

La loi de Laborit

Présentation

La méthode expliquée

N’avez-vous jamais été devant votre ordinateur en train de réfléchir à la tâche désagréable que vous repoussez depuis plusieurs jours. Repenser à cette tâche en suspens est également un moment douloureux. Donc vous évacuez vite cette tâche de votre esprit et vous vous lancez dans cette autre activité, rapide, facile et agréable à la place… jusqu’à la prochaine pensée douloureuse… Nous vivons tous ce genre d'expérience, cette expérience est la véritable expérience de la loi de Laborit. Cependant, avez-vous déjà essayé de voir le problème à l'envers ? Une fois cette tâche accomplie, quel plaisir ce serait d’avoir un horizon rempli de tâches agréables.

Qu’est-ce que la loi de Laborit ?

La loi de Laborit démontre que le cerveau humain a tendance à chercher la satisfaction immédiate. La loi de Laborit, également appelée loi du moindre effort, dit que les hommes préfèrent effectuer des tâches simples qui donnent une satisfaction immédiate plutôt que celles qui sont désagréables et procurent du stress. En conséquence on procrastine et on reporte les activités fastidieuses au profit des tâches plus simples. Il y a donc un lien direct entre la procrastination et la loi de Laborit.

Qui était Henri Laborit ?

Henri Laborit ( 1914 - 1995) était un chirurgien, neurobiologiste, comportementaliste, écrivain et philosophe français. En fait majeur, Laborit a joué un rôle déterminant dans le développement du médicament chlorpromazine. Il s’est également beaucoup intéressé aux comportements humains et a mis en évidence que faire les tâches désagréables allait à l'encontre de la nature humaine qui a tendance à privilégier récompense et plaisir immédiat.

Il a formulé cela dans son ouvrage : "Éloge de la fuite" (1976). Il indique dans son livre que la tendance naturelle de l’être humain est de rechercher le plaisir et de fuir les sources de douleur, d’ennui ou d’inconfort.

Vision similaire de Mark Twain

Eat the Frog ( "Manger la grenouille" en français)… est l'expression de Mark Twain. Il a dit un jour: «Si votre travail consiste à manger une grenouille, il vaut mieux le faire tôt le matin. Et si votre travail consiste à manger deux grenouilles, il vaut mieux d'abord manger la plus grosse."

Objectif

Ce que l'outil peut apporter

Pourquoi aimons-nous commencer par les tâches faciles ?

Selon Henri Laborit , notre cerveau est câblé pour faire ce qui nous rend heureux en premier . Faire la tâche facile en premier est un excellent moyen de marquer des "gains rapides" et de "cocher la case" sur notre liste de choses à faire.

Réduire sa to-do-list procure un sentiment incroyable pour deux raisons :

  1. Réaliser quelque chose apporte toujours une certaine satisfaction.
  2. Raccourcir la to-do-list réduit la charge mentale et aide à ne pas être submergé par une liste de tâches interminables.

Le risque est d’agir en complète contradiction avec une priorisation de nos activités selon l’importance. Cela nous empêche de réaliser les tâches à forte valeur ajoutée sous prétexte qu'elles sont fastidieuses.

Pourquoi aller contre-nature et faire le désagréable en priorité ?

On a constaté que les personnes qui opèrent de cette manière accomplissent plus de choses dans leur vie car aucun frein ne vient brider l'accomplissement des choses importantes pour elles. Elles sont également plus enclines à sortir de leur zone de confort.

Mode d'emploi

Etapes et conseils d'utilisation

Comment utiliser la loi de Laborit ?

Le principe est de faire la tâche qui nous semble la plus compliquée en premier. Une fois ce principe établi, vous allez dire : facile à dire mais pas facile à mettre en pratique.
Lutter contre nos réflexes et habitudes n’a rien d’évident. Si l’idée de commencer par les tâches désagréables semble facile sur le papier, il ne suffit pas de s’en convaincre pour l’appliquer. Mais alors comment changer nos habitudes ?

Voici quelques clés :

Évitez la procrastination par des actions concrètes à court terme

  1. Priorisez vos tâches avec le Pareto et la matrice d’Eisenhower. Vous vous assurerez ainsi de travailler sur les bons sujets. Vous aurez également la bonne surprise de voir disparaître certaines tâches avec le filtre de Eisenhower parce que vous les aurez déléguées ou avec le filtre de Pareto parce que, après réflexion elles n’étaient pas si importantes que cela.
  2. Parmi les tâches laborieuses, planifiez en premier les tâches rapides à réaliser.
  3. Préparez votre environnement de travail. La veille vous pouvez préparer le terrain en mettant le dossier désagréable au-dessus de la pile. Vous pouvez également planifier une plage de temps de temps dans votre agenda.
  4. Faites ce travail avec un ami, le temps passé ensemble sera un plaisir.

Éviter la procrastination par des actions long terme

Il s’agit de faire un changement en profondeur et de faire prendre conscience à votre cerveau que réaliser certaines tâches laborieuses en vaut la peine.

  1. Planifiez-vous une récompense ! Lorsque vous aurez terminé cette tâche super ennuyeuse, prenez du temps pour vous. En associant dans votre cerveau, tâche rébarbative et récompense, vous diminuerez avec le temps le frein à l’action en rendant ce type de tâche motivant.
  2. Mettez en place une check list des tâches désagréables que vous pourrez rayer de votre liste avec délectation.
  3. Prenez l’habitude d’analyser les micro-tâches de l’activité qui pourraient vous procurer de la satisfaction pour les mettre en lumière dans votre cerveau.
  4. Analysez les freins qui vous empêchent de faire l’action en les listant. Supprimez ou limitez l’impact de ces freins. Si vous devez poster un colis. Préparez celui-ci et mettez-le sur vos chaussures pour être sûr d’y penser le lendemain.